dessin

Denomination
  • dessin

  • gouache chinoise

Images
Description

Paysage chinois près de Canton. Au premier plan, un mandarin et des coolies portant des végétaux marchent sur un chemin. Les coolies acheminent leurs marchandises à l’aide d’une palanche, longue tige de bambou portée en équilibre sur les épaules au bout de laquelle, de chaque côté, est suspendu un plateau, moyen de transport typique en Asie.A l’arrière plan figure une maisonnette parmi des champs cultivés. L’horizon est assez bas et sur la gauche un chemin mène à une riche demeure de mandarin en briques grises.

Désignation :Titre : Portefaix à proximité d'une demeure de la région cantonnaiseExécution :Type d'exécutant : PeintreDate d'exécution : 19ème siècle, 1er tiersChine ancienne : Dynastie Qing (1644-1911)Lieu d'exécution : CantonChineMatière et technique :Matière : papier anglaisTechnique : gouachéLibellé : Filigrane en haut à droite : "J. Whatman"Au début des années 1780, les Chinois utilisèrent du papier occidental pour la plupart de leurs peintures destinées au marché d’exportation. Les filigranes des papiers anglais ou américain (comme le filigrane « J. Whatman ») ont permit d’établir une datation assez précise des peintures.Le filigrane « J. Whatman » se retrouve sur plusieurs des gouaches conservées au musée Dobrée. La famille Whatman détenait l’une des plus prospères manufactures de papier au XVIIIe siècle en Angleterre. James Whatman l’Aîné avait des moulins pour la fabrication du papier dans le comté de Kent depuis 1733. Son fils, James Whatman le Jeune (1741-1798), développa la fabrique et devint l’un des principaux fournisseurs de papier en Angleterre et celui le plus couramment rencontré parmi ceux utilisés pour les peintures chinoises d’exportation.C’est à partir de 1794 que James Whatman le Jeune commença à dater ses moules, ce qui est très utile pour établir des datations. Le papier Whatman était spécialement adapté aux climats asiatiques : ce gage de qualité, ainsi que les bonnes relations que James Whatman entretenaient avec la East India Company, permit au papier d’être présent sur le marché de Canton depuis 1790 jusque dans les années 1820. William Balston, successeur de James Whatman, continua d’utiliser le filigrane « J. Whatman » avec les firmes Hollingston & Balston puis Balston tout seul après 1805.Ce papier anglais était le plus commun des papiers occidentaux utilisés par les artistes chinois. D’une part, grâce à ses qualités supérieures, et d’autre part, grâce à la très grande quantité importée à Canton pour de multiples usages : registres, livres de comptes, lettres... Mais il n’était pas le seul acheté en Chine. En 1816, le marchand américain Benjamin Shreve apporta avec lui 90 rames de papier américain. Mesures :Mesures : Largeur avec marges en cm  48,5Hauteur avec marges en cm  39,8Largeur en cm  45Hauteur en cm  36,2Inscriptions / marques :Type d'inscription : LégendeLangue : AnglaisEmplacement : En bas au centreDescription : Inscription à la mine de plomb Transcription : "Fort shang Jorhouse (?) near Canton Puza (?)" Type d'inscription : InscriptionLangue : ChinoisEmplacement : Au versoDescription : Inscription en caractères chinois angle inférieur droit Domaine :PEINTUREASIEDESSINCONTEMPORAINBibliographie :Type d'information : source vérifiéeRéférence bibliographique : cat 1906 (catalogue général)Notes : p. 82 Type d'information : source vérifiéeRéférence bibliographique : Voyage à la Chine, musée Dobrée, Nantes, 1988Notes : p. 86 Type d'information : source vérifiéeRéférence bibliographique : Boyer M. F., Voyage à la ChineNotes : pp. 160 à 169 Type d'information : source vérifiéeRéférence bibliographique : Chinese export watercolours, Craig ClunasRéférence bibliographique : Crossman C., The decorative arts of China, 1991Multimedia :Multimedia : 2002-14-30.jpg K:\Mobydoc\ImagesNuméros d'identification :Numéro d'inventaire : 2002.14.30Autre numéro :