Bible dite "de l'épée", 1540

Description analytique

Pierre-Robert Olivier, dit Olivétan (Noyon vers 1506-Ferrare ou Rome 1538), était peut-être le cousin de Calvin et fut son condisciple à Orléans. Acquis avant lui aux idées nouvelles, il dut se réfugier à Strasbourg en 1528 puis en Piémont. Par la suite, il se rendit au synode de Chanforan (1532), où furent décidées l'adhésion des Vaudois à la Réforme et l'impression d'une traduction protestante en français de la Bible. Olivétan fut le maître d'oeuvre de ce travail.Plus connu sous le nom d'Olivétan, le réformateur français Pierre-Robert Olivier dirigea la première version protestante en français des Saintes Ecritures, traduites de l'hébreu pour l'Ancien et du grec pour le Nouveau Testament. Préfacée par Calvin, cette Bible fut publiée à Neuchâtel en 1535. Maintes fois révisée, notamment par Ostervald en 1724 , la traduction d'Olivétan resta en usage dans les Eglises de langue française durant plus de trois siècles. Cette Bible devint la version synodale en 1910. Thomas (II) Dobrée avait souhaité acquérir la première édition de Neuchâtel, comme il en avait exprimé le désir auprès de son intermédiaire habituel Giraud de Savine, mais ne put, semble-t-il, y parvenir.

Sur la page de titre, la marque I.G. pour Jean Girard est associée à une épée brandie et à la devise inscrite en cadre rectangulaire autour du motif, "La parolle de Dieu est vive et efficace et plus pénétrante que tout glaive à deux tranchants. Ebreux 4". C'est à cette marque de libraire que l'ouvrage doit son appellation courante de Bible de l'épée.

La coutume protestante était de conserver précieusement dans le patrimoine de chaque famille une Bible que l'on se transmettait de génération en génération. Sur la page de garde de cet ouvrage, les chefs de famille successifs avaient l'habitude d'inscrire, pour la postérité comme le fit Pierre Dobrée de Beauregard (1722-1802), les naissances et décès ainsi que les éléments marquants de la vie familiale. La Bible familiale de Jehan Daubraye, l'exilé, pouvait être un ouvrage de ce type. Il y a tout lieu de penser qu'il s'agissait d'une Bible en français, apportée de Normandie dans l'exil ou acquise à Guernesey, le français y étant la langue la plus répandue. Conservée par une branche britannique de la lignée des Dobrée, la Bible de Pierre (ou Peter) Dobrée disparut en 1950.

Texte descriptif

Bible dite "de l'épée" : La Bible en laquel/le sont conte/nus tous les li/vres canoni/ques de la saincte écriture, tant/ du vieil que du nouveau Tes/tament & pareille/ment les Apo/cryphes. Genève, Jean Girard, 1540, table de Mathieu Malingre, pasteur à Iverdun. Papier, caractères romains, manchettes, reliure à cinq nerfs du XVIe s. en veau brun, restaurée, plats ornés de rinceaux, tranche dorée, traces de lacets sur les plats, H. 21 cm, l. 14,8 cm, ép. 6,7 cm Ancien double de la Bibliothèque royale de Munich Acquise à la vente E. Quatremère, février 1859, n° 2603 Correspondance Dobrée, 7 mars 1872. Nantes, Musée départemental Dobrée, impr. 6 Pierre-Robert Olivier

Photo