Fortuné Parenteau (1814-1882)

Unfortunately this page is not yet available in english.
However, if you have any question on this topic, please contact us.

Portrait de Fortuné Parenteau,  photographie, musée Dobrée. Inv. 58.554 Portrait de Fortuné Parenteau, photographie, musée Dobrée

La collection de Fortuné Parenteau

Parenteau commence par collectionner toutes les monnaies pourvu qu’elles soient découvertes localement. À partir de 1844, il tient un catalogue de sa collection dans un grand registre relié vert, dans lequel il consigne la provenance de toutes les pièces qu’il acquiert. Ce grand registre, qui fait apparaître une forte proportion de monnaies médiévales, est aujourd’hui encore une mine majeure pour les découvertes monétaires, notamment faites en Vendée.

En 1851, Fortuné Parenteau intègre la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Inférieure. Ily côtoie les grandes personnalités locales, et poursuit une relation amicale avec le vendéen Faustin de Poëy d’Avant (1792-1864), numismate médiéviste de renom, dont il illustre une publication en 1853.

Fortuné Parenteau et l'archéologie

Son attrait pour les monnaies et les bijoux amène Fortuné Parenteau à s’intéresser à l’archéologie. Son réseau l’informe des trouvailles et des actualités liées aux recherches archéologiques de la région nantaise et du territoire vendéen. Il propose des études illustrées des objets mis au jour et consigne provenances et conditions de découverte lorsque c’est possible.

En 1856, l’accumulation d’objets et le manque de place forcent la Société archéologique à emménager à la chapelle de l’oratoire (actuel musée d’Arts). Archiviste de la Société archéologique, Parenteau est chargé de rédiger le catalogue du musée d’archéologie qui ouvrira dans la foulée. Il s’investit dans ce travail puis dirige le musée dès 1859, devenant son premier conservateur. En 1881, Fortuné Parenteau rédige l’inventaire du musée. Durant toutes ces années, il œuvre à l’enrichissement des collections.

 Admiré pour ses talents de dessinateur, Parenteau est néanmoins critiqué pour des interprétations parfois hâtives. En réponse aux critiques, il lui arrive de déserter les séances de la Société archéologique.

La collection de Fortuné Parenteau au musée Dobrée

En parallèle de son travail au musée d’archéologie, Parenteau complète ses collections personnelles ; les collections de bijoux et de monnaies sont particulièrement fournies. Peu avant sa mort en 1882, il fait un don conséquent et vient lui-même porter plus de 600 objets dont certains figurent parmi les œuvres phares du musée. Le reste des collections est dispersé à Fontenay-le-Comte en 1902, à l’occasion d’une vente publique. Son ami et disciple, Paul Soullard (1839-1930), en rédige le catalogue.

Le musée d’archéologie devient départemental en 1860, à la suite du don de la Société au Département de Loire-Inférieure. En 1894, Thomas II Dobrée (1810-1895), armateur et négociant devenu rentier et collectionneur, lègue lui-aussi ses collections et l’ensemble du site qui porte son nom au Département. Le musée Dobrée ouvre ses portes au public le 8 janvier 1899 à Nantes ; il rassemble les collections des deux musées.

Les carnets de notes de Fortuné Parenteau et les nombreux relevés et dessins qui les couvrent sont parfois aussi précieux que les œuvres elles-mêmes. Le musée Dobrée poursuit les acquisitions de documents de sa main, augmentant ainsi les connaissances sur les œuvres inventoriées.

Retrouvez certains objets issus de la collection Parenteau dans l’exposition Loire-Atlantique, terre de trésors au château de Chateaubriant, du 5 avril au 29 septembre 2019 et en ligne sur la carte interactive. 
Le trésor de Pontchâteau en est un bon exemple !

Carte intéractive des dépôts monétaires trouvés en Loire-Atlantique, conservés au musée Dobrée

Exposition Loire-Atlantique, terre de trésors

Quelques œuvres phares de la collection de Fortuné Parenteau : cg44.plugin.grandpatrimoineplugin.portailAccueil.label.afficher-masque